Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posté le 24 Juin, 2016 dans Affaires européennes, Billets d'actualité, Communiqués, Erasmus, Slider | 0 comments

Défendre une Europe unie et remettre le citoyen au coeur du projet européen

Défendre une Europe unie et remettre le citoyen au coeur du projet européen

 

Ce matin, comme des millions d’Européens, j’ai pris la mesure de la rupture du Royaume-Uni avec l’Union Européenne. Brexit, une simple contraction qui cache un désengagement et un désagrègement du tissu citoyen qui liait les Britanniques à l’Europe.

L’Europe doit aujourd’hui prendre le temps de l’analyse, afin de préparer l’avenir à 27. L’instantanéité des réactions, qui contribue au pessimisme ambiant, ne doit pas nous aveugler ; car si l’Union n’a pas su se donner les outils pour répondre aux diverses crises qu’elle a traversées ces derniers temps, le défi n’est pas insurmontable.

J’avais déjà cosigné en mai dernier une tribune pour une refondation profonde de l’Europe, où j’encourageais l’harmonisation fiscale, la convergence économique et sociale, la lutte coordonnée contre la fraude fiscale, contre la menace djihadiste ou la piraterie, le réchauffement climatique, pour la protection de l’environnement et des mers, la préservation des ressources non renouvelables, la sécurité alimentaire… Ma volonté de continuer ces combats, de défendre une Europe unie, n’en est que renforcée aujourd’hui.

La politique du « chacun pour soi » n’est pas une solution, elle est une dérive qui entraine la défiance des citoyens envers une Europe qu’ils pensent bien loin de leurs intérêts. Il est important aujourd’hui de montrer que l’Europe travaille chaque jour à améliorer la vie de ses 500 millions de membres, et notamment des jeunes.

L’Europe doit continuer à être un espoir pour la jeunesse. Les travaux que je mène actuellement autour d’une initiative européenne pour la jeunesse m’ont permis de nombreux échanges qui montrent tous la volonté des jeunes de continuer à bâtir le projet européen. Les programmes de mobilité comme Erasmus, qui vont concerner 4 millions de jeunes sur la période 2014-2020, sont des outils indispensables pour faire vivre concrètement la fraternité et pour améliorer la compréhension entre les nations. Ils permettent à la jeune génération de comprendre tout ce qu’elle a à vivre en commun, de prendre conscience de toutes les valeurs qu’elle partage et aux premiers rangs desquelles les valeurs de liberté et de tolérance. Nous pouvons aller plus loin, nous devons être audacieux.

L’Europe attendue n’est pas l’Europe qui est aujourd’hui présentée, perçue uniquement comme un grand marché alors qu’elle a été bâtie comme un grand espace de paix et de vivre-ensemble. Nous devons sans relâche mettre le citoyen au cœur du projet européen. La France doit être à l’initiative, comme membre fondateur, afin de présenter un autre modèle et de révéler une nouvelle espérance.

Nous ne nous souviendrons pas du jeudi 23 juin 2016 comme d’un jour heureux pour l’Union européenne. Mais nous devons et nous pouvons travailler pour que cette date ne soit pas un point de rupture, mais seulement une étape vers un renouveau de notre Union.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *