Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posté le 29 Mar, 2016 dans Billets d'actualité, Éducation, En circonscription, Le Conseil Supérieur des Programmes, Mes actions, Slider | 0 comments

Le PEB ersatz de PEDT, ou l’art répété de la récupération

Le PEB ersatz de PEDT, ou l’art répété de la récupération

 

Alors que la Ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud Belkacem annonçait la pérennisation des aides du fonds de soutien au développement des activités périscolaires jusqu’en 2018, la mairie de Bordeaux poursuivait une série de réunions sur l’instauration d’un Projet Educatif Bordelais.

Premier étonnement : après avoir fustigé la réforme des rythmes scolaires et fait état des difficultés à instaurer les Temps d’Activités Périscolaires sur son territoire, la mairie fait maintenant part de sa volonté de s’intéresser à l’après temps scolaire.

Deuxième étonnement : après avoir dénoncé le coût des ateliers et temps préscolaires pour les collectivités, alors que l’Etat a choisi de pérenniser l’aide de 400 millions d’euros accordée chaque année aux collectivités ayant établi un PEDT, force est de constater que la Municipalité a trouvé les ressources pour laisser à un cabinet d’audit le soin de piloter la démarche sur Bordeaux.

Ce PEB semble courir après le PEDT, mis en place par la loi de refondation de l’école et qui l’entend comme le document-cadre qui fixe les orientations de la collectivité en matière d’éducation « avant, pendant, et après l’école ». Il doit organiser, dans le respect des compétences de chacun et à l’initiative de la collectivité territoriale compétente, la complémentarité des temps éducatifs.

Ce PEB n’invente rien donc…

Si l’élaboration d’un Projet Educatif Bordelais pour les enfants jusqu’à 11 ans – à terme élargi aux jeunes jusqu’à 18 ans – est en cours de préparation, la méthode et la finalité me laissent dubitative.

En effet, quelle portée donner à un document qui entend, à l’horizon 2017, sans envisager le travail de qualité déjà engagé par le Département et la Région, se positionner sur leurs domaines de compétence, au risque de créer des doublons, en « réinventant » des services performants et déjà existants? Je pense ici notamment au service gratuit d’aide au devoirs, mis en place depuis octobre par la Région. Il est aussi important de faire le constat du bilan du Maire de Bordeaux pour l’éducation et l’enfance, qui, si l’on en croit les propos introductifs du PEB, adopté en septembre dernier, constituent « depuis de très nombreuses années (…) l’une de (ses) priorités ». L’école de la Benauge qui tombe en décrépitude, les constructions modulaires exigües faisant office de salle de classe à Bacalan, la précipitation et le manque d’anticipation qui conduiront à la création d’une école modulaire aux Bassins à Flot(…) sont certainement là pour en témoigner.

Quand les désirs personnels nationaux prennent le pas sur l’intérêt général des Bordelais, l’ambition éducative affichée laisse apparaitre un bilan peu reluisant.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *