Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posté le 29 Sep, 2016 dans Billets d'actualité, Éducation, Enseignement supérieur et Recherche, Le Conseil Supérieur des Programmes, Slider | 0 comments

Rentrée universitaire : la réussite pour tous

Rentrée universitaire : la réussite pour tous

A quelques mois de l’élection présidentielle, force est de constater que cette rentrée universitaire marque une fois encore l’intérêt de ce gouvernement pour la jeunesse.

Les droits d’inscription ont été gelés pour la deuxième année consécutive et le prix du ticket restaurant maintenu pour la première fois. Surtout, la politique de création de deux nouveaux échelons de bourse depuis 2012 a permis au pouvoir d’achat des étudiants de s’améliorer. Et de fait, à la rentrée 2016, 25 000 nouveaux étudiants, qui ne bénéficiaient que de l’échelon 0 des bourses, c’est à dire d’une exonération des droits d’inscription, bénéficieront d’une bourse échelon « 0 bis » de 1 009 € annuels. Au total, depuis 2012, le nombre de boursiers a ainsi progressé de 5,4 %.

Dans le domaine du logement qui reste le premier poste budgétaire d’un étudiant, le gouvernement poursuit son programme de construction pour atteindre 40 000 habitations en 2017. En ce qui concerne les étudiants logés dans le parc locatif privé, la généralisation depuis la rentrée 2014 de la Caution Locative Etudiante (CLÉ) permet d’aider les étudiants dépourvus de garant personnel à accéder à un logement. Fin juin 2016, plus de 10 000 étudiants avaient déjà pu bénéficier de ce dispositif contre près de 4 600 en 2015. Enfin, les frais d’agence ont été limités à 15 €/m2 par la loi ALUR.

Mais la grande nouveauté de cette rentrée est la création de l’ARPE qui permet d’accompagner financièrement les étudiants boursiers de moins de 28 ans durant la période d’insertion professionnelle, qui sépare la sortie des études et l’accès au premier emploi. Pendant 4 mois, l’ARPE sera versée aux jeunes diplômés de C.A.P., baccalauréat professionnel et technologique, brevet des métiers d’art, brevet professionnel ou brevet professionnel agricole (apprentissage), B.T.S., D.U.T., Licence et Licence professionnelle, Master et diplôme d’ingénieur, qui bénéficiaient d’une bourse au cours de la dernière année de préparation du diplôme (et sous conditions de ressources équivalentes aux jeunes qui ont obtenu ces mêmes diplômes par la voie de l’apprentissage) et qui entrent sur le marché du travail en situation d’inactivité à l’issue de leur formation. Cette disposition introduite dans la loi travail après une discussion avec les organisations étudiantes montre que le gouvernement est conscient que pour les diplômés modestes, les difficultés subsistent bien au-delà du terme de leur parcours scolaire et universitaire.

L’ensemble de ces décisions préservent le pouvoir d’achat de tous les étudiants, boursiers et non-boursiers, limitent le coût des études et concourent à la démocratisation de l’enseignement supérieur. En aidant les plus modestes, le gouvernement œuvre afin que la réussite soit à la portée de tous. A travers ces mesures, c’est la jeunesse qui est soutenue et valorisée, conformément à la parole présidentielle, et à travers elle, c’est l’avenir de notre pays qui se prépare.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *